Ci dessous reproduit, un communiqué de la Confédération paysanne au sujet de l’interdiction du Cruiser OSR sur Colza :

 

La confédération paysanne accueille favorablement l’annonce faite par le Ministre de
l’agriculture d’un retrait de l’Autorisation de Mise sur le Marché (AMM) pour le Cruiser
OSR sur colza. Cependant, au-delà du seul Cruiser OSR, tous les produits à base de
néonicotinoïdes doivent être interdits.
La Confédération paysanne demande un retrait de tous les pesticides à base de néonicotinoïdes.
Ils contaminent largement l’environnement, persistent dans les sols, sont extrêmement toxiques pour de très nombreux insectes, pollinisateurs et auxiliaires des cultures. Enfin, la santé des paysans prime et tout doit être fait pour contrer ce problème de santé publique qui grandit de jour en jour. La Confédération paysanne demande donc que le nouveau Ministre de l’Agriculture fasse preuve de courage et prenne exemple sur son collègue italien qui les a interdits depuis 4 ans, avec des résultats probants : la mortalité des ruches est passée de 37 à 14 % et la production de maïs n’a pas diminué.

Les observations des apiculteurs confirmées scientifiquement :
Les scandales, procès, études démontrant la toxicité des pesticides se multiplient de manière significative ces derniers temps. Aujourd’hui, l’ANSES se rend à l’évidence en acceptant enfin de prendre en considération les résultats d’une étude, parmi tant d’autres, montrant la dangerosité réelle du Cruiser pour les abeilles. L’agence européenne EFSA vient de publier un rapport* qui démontre que ces pesticides n’ont pas fait l’objet d’une évaluation sérieuse et que les études demandées aux industriels étaient inadaptées pour déterminer la toxicité de ces produits. Cela fait déjà plus de quinze ans que les apiculteurs dénoncent les effets nocifs de ces pesticides et réclament en vain leur interdiction, ces études scientifiques ne font que confirmer la réalité de leurs observations.
Les conclusions des études de Syngenta dissimulent la réalité :
Quant à Syngenta qui s’indigne de l’annonce de la décision ministérielle, la Confédération paysanne l’invite à plus de retenue. En effet, après examen des études de toxicité pour les abeilles fournies par Syngenta pour l’obtention de l’autorisation de mise en marché du Cruiser, la Confédération paysanne a constaté ceci : Dans les conclusions de ces documents, Syngenta dissimule le fait que, dans 2 études, la moitié des colonies exposées au maïs et au colza traités deviennent « bourdonneuses », et sont donc condamnées à mourir à brève échéance. De même, pour une autre étude montrant que les colonies exposées
deux années de suite sont plus sensibles aux maladies**. Ce sont ces dissimulations qui ont permis l’octroi de l’autorisation de mise en marché du Cruiser, et qui ont été dénoncées, en vain, auprès de Bruno Lemaire, ancien Ministre de l’Agriculture. La Confédération Paysanne demande au Ministre de l’Agriculture d’en tirer les conclusions qui s’imposent, et de ne pas se limiter à l’interdiction du Cruiser OSR.
Il y existe des alternatives à l’utilisation des pesticides, mais pas à l’action des insectes pollinisateurs !
Face à ceux qui attisent la crainte en prédisant un retour à des pesticides plus dangereux pour pallier à la disparition du Cruiser OSR, la Confédération paysanne tient à rappeler qu’il est possible de changer les pratiques intelligemment et d’aller vers des systèmes plus propres, pour l’environnement et pour la santé des paysans.

* Scientific Opinion on the science behind the development of a risk assessment of Plant Protection Products on bees
(Apis mellifera , Bombus spp. and solitary bees), EFSA Journal 2012;10(5):2668
** Documents 2006 1138/F2-BFEU , 2005 1041/F2-BFEU et 2006 1138/F3-BFEU