La cire est produite par l’abeille afin de construire ses rayons, qui viendront accueillir le miel, le pollen et le couvain. Elle a été énormément utilisée avant l’arrivée des cires issues du pétrole, pour produire des cierges d’église, ou encore calfater des bateaux. L’apiculteur travaille obligatoirement la cire à la récolte de miel, ce qui en fait un déchet valorisable.

Composition

La cire est un mélange très complexe. On dénombre plus de 300 composants identifiés. On y trouve en majorité des hydrocarbures, des monoesters, des diesters, des acides libres et des hydroxymonoesters.

Récolte

On récolte la cire sur les cadres. On utilisera les cadres de corps et la cire d’opercule, fondus pour l’extraction. La cire est solide autour de 20°, devient plastique vers 40°, et son point de fusion se situe autour de 65°. Plusieurs types d’extraction existent.

Extraction solaire : Grâce à cérificateur exposé au soleil, composé comme un four solaire classique, on laissera fondre au soleil les cadres. Ce procédé donne de la cire de très bonne qualité, en revanche il est long et ne peut donc s’appliquer qu’a des petits producteurs.

Extraction à la vapeur ou à l’eau bouillante : Méthode qui consiste à chauffer les cadres dans l’eau chaude ou à la vapeur d’eau. Cette méthode peut s’appliquer à grande échelle, ce qui la rend très populaire chez les professionnels.

Extraction par chauffage électrique direct : Procédé très rapide et pratique, il est utilisé de plus en plus chez les apiculteurs et industriels.

Débouchés

Les usages de la cire sont multiples. Une grande partie est réutilisée par l’apiculteur sous forme de cire gaufrée. Elle est utilisée également dans le traitement du bois, dans l’industrie cosmétique, ou encore dans l’industrie pharmaceutique.

La cire peut être tout simplement réutilisée par l’apiculteur pour constituer sa propre cire gaufrée. Si le gain n’est pas direct, il sera plus économique de réutiliser sa propre cire. Il faut en revanche avoir 200 kg environ à fondre pour récupérer sa propre cire. On pourra la revendre à des ciriers ou des industriel aux alentours de 3€/kilos, mais on notera que ce prix peut énormément varier selon les débouchés.

En vente directe, sur les marchés ou en zone touristique elle pourra être transformée en bougie et vendue directement par l’apiculteur. Dans ce cas, les prix sont très variables.

Avantages/inconvénients

La cire étant un déchet inhérent au travail de l’apiculteur, et ne demandant donc pas de dédier du cheptel pour sa production il peut être très intéressant de le valoriser en commercialisation. L’investissement est minime pour des petits producteurs dans le cas d’un cérificateur solaire, assez simple à construire soi même. Il est un peu plus conséquent pour une plus grande entreprise, mais la valorisation de la cire peut rester intéressante. La production de bougies demande en revanche un surcroît de travail assez conséquent.