J’ai cherché longtemps un modèle de ruchette idéal, dans la littérature apicole, en vain. Puis, j’ai trouvé au fond de mon atelier une vieille ruchette en morceaux laissée là par un ami apiculteur, qui était très bien, avec quelques modifications personnelles.

Ce modèle répond à mes attentes :

  • Peu cher (peu de bois utilisé)
  • Facile à construire (pas de mi-bois à travailler)
  • Solide et léger
  • Demande peu de matériel (scie circulaire, scie égoïne, marteau, pointes)
  • Bois facile à trouver et non traité

Plan

Voici les plans de ma ruchette idéale :

Et de son plancher :

Réalisation

Le bois utilisé est de la planche Lorraine non traitée, format 305×18 mm. Les 30,5 cm correspondent à la hauteur du corps de ruchette, les 18 mm à l’épaisseur de la cloison. Pour le plancher, la même planche Lorraine, et des liteaux non traités de 20×20 mm.

Débit de bois corps (hauteur x largeur) :

  • 2 côtés de 232×285 mm (on coupe à 232 mm, puis on retaille 20 mm de la largeur de base de 305 mm)
  • 2 côtés de 488×305 mm
  • 2 poignées de 268×80 mm

Débit de bois plancher :

  • 1 liteau de 20x20x268 mm
  • 2 liteaux de 20x20x488 mm
  • 1 planche lorraine de 268×500 mm

J’utilise des pointes de 1.8x30mm, le bois étant assez fin, aller au delà pourrait le fragiliser.

Il vous suffit ensuite d’assembler les 4 côtés en prenant appui sur une surface plane. Ajoutez les poignées qui viennent maintenir les côtés et créer le mi bois nécessaire à la bande lisse ou la crémaillère.

Fixez le liteau arrière pour le plancher sur votre ruchette, puis, en forçant vers ce dernier, ceux des côtés. Il vous reste à fixer le plancher sur ces liteaux.

J’ai pris l’habitude de couper plus long les deux liteaux des côtés, afin de les couper à l’égoïne, après les avoir fixés, pour une finition plus propre. Je décale également d’1 mm le plancher à l’arrière du corps, afin de minimiser l’infiltration de l’eau à cet endroit.

En finition, j’utilise de l’huile de lin. Si vous avez le matériel, un bain chaud pour tremper la ruchette est idéal (avec un peu de gros sel pour une meilleure pénétration dans le bois). On peut également l’appliquer en peinture : 50% huile de lin, 50%essence de térébenthine. Dans ce cas, attendre au minimum une semaine complète avant de mettre la ruchette en service, que l’essence de térébenthine ait le temps de s’évaporer.

Budget

Il vous faudra 2.10 mètres de planche Lorraine. La planche de 4 m coûtant environ 14€, avec 1.30 mètre de liteaux nous arrivons à 9€ environ. On ajoutera à cela deux crémaillères, des crampillons inter-cadres, et une entrée de ruchette : nous sommes à 12€.

L’inconvénient principal de ce modèle est qu’il n’est pas aux tailles standard, donc il faudra commander ou fabriquer des toits sur mesure (j’ai choisi 30.8 cm x 56.8 cm en 40/100e sans soudure ni ourlet). Ce n’est pas plus cher, mais le métal utilisé est moins rigide. Vous en trouverez pour 6€ l’unité. Pour fabriquer vos toits, c’est sur cette page.

Le coût total de notre ruchette maison est donc de 18€. Le temps de production est très léger : vous arriverez sans vous presser à en confectionner une dizaine par jour avec un peu d’expérience (sans compter le temps de peinture).