Attention !
Les indications sur les traitements de cet article sont données à titre informatif. Les traitements disponibles sur le marché évoluant rapidement. Dans tous les cas, si vous souhaitez utiliser un produit sans AMM (autorisation de mise sur le marché), il vous faudra une ordonnance de votre vétérinaire. Dans le cas contraire, ce traitement serait illégal. Pour plus d'informations, se référer à la FNOSAD.

Le varroa est un des problèmes majeurs de l’apiculteur. Il existe de nombreux traitements (voir ici), mais afin de vérifier leurs effets, et même de savoir s’il est nécessaire de les appliquer, la seule méthode est le comptage des varroas afin d’avoir une idée de
l’infestation de la colonie. Je développe plusieurs méthodes dans cette page.

Les chutes naturelles

Il est possible de faire un comptage des varroas à n’importe quel moment de la saison. Cette manipulation est très simple et ne demande que très peu de matériel. Il vous suffit de glisser un lange graissé sous la colonie, soit sous un plancher ouvert adapté, soit par l’entrée de la ruche sur un plancher plein.

Le lange peut-être une plaque de plastique rigide, une tôle métallique ou offset… Le graissage se fait avec n’importe quelle graisse, mais préférez des huiles alimentaires pour plus de sécurité. Il vous suffit d’étaler cette huile au pinceau sur votre lange, et de l’installer sous votre colonie.

Vous pourrez ensuite évaluer le nombre de varroas :

  • En période d’hivernage, 1 varroa/24h est une limite correcte
  • En saison d’activité, 3 varroas/24h est une limite correcte

Au delà, il est conseillé de traiter la colonie.

Les traitements flash

Vous pouvez également juger de l’efficacité d’un traitement et de l’infestation d’une colonie avec un comptage par lange graissé et un traitement flash simultané.

  • Acide Formique : Traitement autorisé en apiculture biologique. On applique 30 ml d’acide formique à 60% sur une éponge en tête de cadres (voir ici). Résultat et comptage 48h après.
  • Amitraz : C’est le traitement appelé « Taktic » (nom commercial de la molécule) par les apiculteurs qui l’utilisent. Ce traitement n’est pas légal pour l’abeille mais reste très utilisé pour les comptages. Je vous déconseille fortement son utilisation : c’est un produit pesticide et il n’a à mon avis pas sa place dans la ruche!
  • Acide Oxalique : Traitement autorisé en apiculture biologique. Entre 35 et 40g d’acide oxalique par litre de sirop 50/50 (moitié sucre, moitié eau). Le sirop doit être entre 25 et 30 degrés. Il est conseillé de faire le mélange juste avant application, car l’acide oxalique se dégrade quand la température baisse. L’application se fait sur la grappe d’abeille en période de froid (hors couvain). On déverse au doseur 5ml de sirop par inter-cadre. Résultat et comptage 48h après. (il existe depuis 2015 un traitement avec AMM pour cet acide : Api Bioxal)

Pour avoir une idée claire de l’infestation et de l’effet des traitements, il est possible de faire un comptage des chutes naturelles, un comptage avec traitement flash, puis un second comptage des chutes naturelles quelques jours plus tard. Le comptage peut également servir à modifier les traitements, à aller vers des traitements moins agressifs pour la colonie.

La problématique du varroa n’est pas à prendre à la légère, quelques soient les choix que l’on fera, il faudra contrôler la présence de l’acarien dans les colonies. Ci dessous un document très intéressant du CARI sur le sujet (cliquez pour agrandir).

Traitement flash à l’acide oxalique, avec pose d’un lange graissé, en vidéo :