Un nouveau produit vient d’être autorisé par l’ANSES sur le territoire : le Polyvar (voir la fiche RCP ANSES). Le produit est enregistré en Belgique, et sera bientôt disponible en France (Voir ici). Si la forme semble être nouvelle, il ne faut pas s’y fier : la molécule utilisée est déjà connue et utilisée par exemple dans l’Apistan depuis bien longtemps.

Le Polyvar se présente comme une lanière trouée, que l’on place à l’entrée de la colonie afin de contraindre les abeilles à s’y frotter.

Innovation ou arnaque?

Ironie du sort, Bayer qui sous-entend bien souvent que les apiculteurs sont techniquement inefficaces pour traiter le varroa, nous sortent un produit dont on connait déjà l’inefficacité depuis de nombreuses années!
En effet, le principe actif a été quasiment abandonné pour une raison simple : la forte résistance développée par varroa à cette famille d’insecticides. L’Apistan est aujourd’hui très peu utilisé après quelques hécatombes dues à son inefficacité.
La Flumétrine, principe actif du Polyvar, n’est autre qu’un Pyréthrinoïde, proche du Fluvalinate… Bref, c’est un Apistan dans lequel on aurait fait des trous…

Bayer, à qui l’on devait déjà le Coumaphos, persiste dans la pollution chimique des colonies. Pour information, on retrouve encore dans les cires actuelles des traces de Coumaphos, alors qu’il est interdit depuis plusieurs années sur le territoire français (consulter l’étude ici). On sait aujourd’hui que ce produit provoque des troubles neurologiques chez l’abeilles, et qu’il provoque une surmortalité dans les colonies (voir références en bas de page).

Mais la raison de la sortie par Bayer d’un produit anti-varroa n’est pas dans la défense des abeilles, on s’en doute. Cela permet juste à la firme de faire un peu de communication et de faire croire qu’ils s’en soucient… On est habitués, BASF nous faisait il y a peu la même entourloupe avec le MAQS, qui se révèle catastrophique si l’on en croit les témoignages  d’apiculteurs qui l’ont utilisé (voir cet article)!

Un produit à éviter de toute urgence, donc, puisque cela fait maintenant plusieurs années que le varroa y est résistant. Cela vous évitera, au passage, de donner vos économies à un des plus grands vendeurs de pesticides de la planète… …qui vient de racheter le célèbre Monsanto.

[Sources :Reed M. Johnson, Marion D. Ellis, Christopher A. Mullin et Maryann Frazier, « Pesticides and honey bee toxicity — USA », Apidologie, vol. 41, no 3,‎ , p. 312–331 ;Futura, « Les abeilles victimes d'un cocktail mortel... de médicaments », Futura,‎ ]