Les apiculteurs subissent depuis toujours des vols et autres actes de vandalisme. Victimes du benêt ou du collègue incompétent qui ne sachant pas s’occuper de ses colonies, vient se servir chez le voisin, ou du simple jaloux, un peu idiot, qui n’a rien de plus intéressant à faire de sa morne existence que de tuer des abeilles et de vandaliser des ruches…

Ces actes malveillants se sont multipliés ces derniers temps, et surtout, sont désormais médiatisés via les réseaux sociaux. Petit florilège : 50 ruches renversées et 14 brûlées dans le Nord, 57 ruches volées dans les Pyrénées Orientales, saccages chez l’apiculteur et Youtuber gOAdee en Haute-Saône à deux reprises… Plus grave, un apiculteur en Bretagne qui après les avoir prit sur le fait, s’est vu tabassé par les vandales pour finir avec un traumatisme crânien.

Il est grand temps que la peur change de camp, et nous pouvons chacun y contribuer.

Bien qu’il soit très compliqué d’éviter totalement ce genre d’actes malveillants, on peut essayer d’en réduire la possibilité et l’impact de plusieurs manières.

Discrétion

Photos et vidéos sur les réseaux, acheteurs accueillis sur les ruchers, discutions au bistrot du coin… Soyez prudents et ne divulguez jamais de manière précise vos emplacements. Un rucher, toujours le même, pourra vous servir à la livraison de vos essaims, par exemple. Si vous prenez des photos et vidéos de vos ruchers, faîtes les en gros plan, que l’on ne puisse pas connaître vos emplacements.

Equipements

Puces GPS à mettre dans les ruches, caméras de chasse, micro caméras… Ces équipements peuvent permettre d’identifier les voleurs. La qualité des caméras ne permettant pas une identification précise, on préférera la placer pour voir le véhicule et non les potentiels voleurs. On pourra placer un panneau pour prévenir de la présence des équipements sur le rucher, mais on pourra également ne pas prévenir, pour retrouver ensuite les voleurs et leur faire la surprise!

Placement des ruchers

Certains cachent les ruchers, pensant être à l’abri des vols. Dites vous que si le rucher est caché, les voleurs ou vandales auront tout le loisir d’œuvrer sans être dérangés. Mes ruchers sont placés désormais de manière à ce que tout véhicule qui y accède soit contraint de passer devant des habitations ou dans la cour d’une ferme. Si les propriétaires ont des chiens, ou sont souvent sur place, c’est encore mieux. En prévenant les voisins de possibilité de vols des ruches, vous aurez régulièrement un coup de téléphone avec quelques signalements de véhicules, plaques d’immatriculations en bonus.

Multiplier les emplacements

Si toutes vos colonies sont sur un même site, vous prenez le risque de tout perdre d’un coup! Il est préférable de multiplier les emplacements, afin que s’il y ait problème, vous ne perdiez pas trop de colonies d’un coup. Des ruchers de 10 à 15 colonies sont de taille correcte, mais si vous avez moins de ruches, vous pouvez très bien vous limiter à 5 colonies par emplacement.

Ruches identifiables

Modèle particulier, couleurs des ruches, marquage des cadres… Tout est bon pour vous différencier. Cela dissuade les plus frileux et cela facilitera l’identification si vous faites des recherches après un vol. Le modèle le plus courant est la ruche Dadant, c’est donc potentiellement celle qui intéressera le plus les voleurs, des modifications de modèles peuvent jouer sur l’intérêt des voleurs pour vos caisses.

Pièges

C’est une idée qui circule sur les réseaux… Chacun sera maître chez lui, je ne donnerais pas d’avis sur cette question. Mais pensez bien que ce n’est peut-être pas un voleur qui tombera dedans… Et que la loi pourrait vous retomber dessus, ce qui ressemblerait à une double peine! En jouant sur les autres leviers, vous pouvez sans doute éviter d’en arriver là!

Quand on les trouve…

On ne sait jamais sur qui on va tomber. Équipez vous en conséquence si vous pensez prendre sur le fait d’éventuels voleurs ou vandales, et soyez prudents. Si vous pouvez vous déplacer à plusieurs, c’est mieux. Pour éviter la confrontation, vous pouvez simplement vous attaquer au véhicule : prenez les clés, débranchez la batterie, dégonflez les pneus : vos agresseurs ne pourront s’enfuir et seront identifiables via l’immatriculation du véhicule.

Si vous arrivez après les faits, parlez-en autour de vous, déposez plainte (pour la forme, car il y a rarement enquête…), et tentez en cas de vol de retrouver vos colonies au plus vite même si elles sont déjà loin. Un drone peut faire des miracles, si vos ruches sont identifiables facilement (modèle, couleur…etc…).

Renseignez-vous et sachez qui a des ruches, et ou elles sont placées… Les chasseurs et agriculteurs sont des alliés incontournables dans ces recherches, ils connaissent bien la campagne! Ainsi, en cas de soucis vous pourrez faire un tour à tout hasard sur ces ruchers afin de retrouver l’éventuel voleur.

Quoi qu’il arrive, nous devons nous organiser efficacement contre ce type d’actes malveillants, et communiquer en cas de problème. Les voleurs et vandales doivent savoir qu’ils sont surveillés et que nous sommes organisés!