Traiter à l’acide formique

De nombreux traitements contre le Varroa (voir article wikipédia pour varroa ici) existent : l’Apivar et l’Apistan sont les plus utilisés, car il est un des seuls disposant d’une AMM (Autorisation de mise sur le marché), et il sont conseillés par la plupart des groupements sanitaires apicoles (GDSA). Il faut savoir que ce traitement n’est pas sans risque sur les colonies. Une des molécules utilisée est l’Amitraze, un insecticide qui était utilisé sur les pommes de terre avant d’être interdit en 2008 par l’union européenne. L’Apivar étant utilisé en tant que produit vétérinaire, il est exclu de cette interdiction (plus d’infos sur les traitements sur cette page).

J’opte pour ma part pour l’acide formique. Réputé moins violent, il est autorisé en agriculture biologique (tout labels confondus), et utilisé par de nombreux apiculteurs en bio ou non. On me pose souvent des questions sur les techniques utilisées pour traiter au formique. Voici ma méthode, qui m’a été enseignée par un apiculteur expérimenté. Ce n’est peut être pas la meilleure, mais elle fonctionne et nécessite peu ou pas de matériel.

Ce dont vous avez besoin pour traiter :

  • De l’acide formique à 65% (certaines sources conseillent 62% maximum, à vous de voir)
  • Une petite éponge type lavette plate
  • Un morceau de plastique type bâche légèrement plus large que l’éponge
  • Un boite pellicule photo (ou tout autre contenant de 30 ml)

Prenez autant d’éponges et de plastiques que vous avez de ruches à traiter.

Il suffit ensuite de disposer sur les têtes de cadre le morceau de plastique, puis l’éponge dessus. Versez 30 ml d’acide formique sur l’éponge, votre ruche est traitée.

Ce traitement sera effectué trois semaines consécutives, afin de couvrir un cycle complet de couvain. Par exemple, trois lundis ou trois dimanches de suite. Le varroa se développant dans le couvain, on optimise de cette manière les chances de réduire la population. Il vous suffira de verser sur l’éponge déjà présente les 30 ml d’acide formique. Une semaine après le dernier traitement, vous pouvez retirer les éponges, les plastiques, et les mettre de côté pour l’année suivante.

Quelques détails pratiques :

-Attention en manipulant l’acide formique, c’est un produit dangereux, évitez de le respirer et d’en mettre sur vos doigts.

-On trouve souvent de l’acide formique à 80% dans le commerce. Pour obtenir un mélange à 62%, il vous suffit d’ajouter à un litre de produit  29 cl d’eau (3 dl feront l’affaire).

-Ne prenez pas de trop grandes éponges et de trop grands plastiques, cela complique la diffusion de l’acide.

-Si vous disposez de nourrisseurs, mettez les à l’envers sur la ruche, cela facilite la diffusion de l’acide. A défaut, une hausse vide fera l’affaire.

-Ce traitement est à effectuer en septembre, après la récolte de miel. Assez tôt avant l’hivernage, afin que ce soient des abeilles « neuves » qui passent l’hiver, pas celles traitées à l’acide formique. Cette période est aussi intéressante du fait que la diffusion de l’acide se fait mal à une température trop faible.

-Lors de votre dernier passage, pour retirer les éponges, vous pourrez en même temps procéder à votre nourrissement d’automne, la visite sera ainsi rentabilisée.

-De nombreux apiculteurs repassent en janvier, durant la période sans couvain, un traitement flash à l’acide oxalique. Dans le soucis de traiter au minimum, je ne pratique pas ce traitement. Pour l’instant, pas de soucis de varroa sur mes colonies.

-Vous trouverez l’acide formique dans les magasins apicoles (Icko, Route d’or…etc), pour environ 7€ le litre.

5 réponses à Traiter à l’acide formique

  1. Addam dit :

    Bonjour,

    Merci pour tous ces détails. C’est très instructif pour un apiculteur amateur comme moi!
    Une question: est-ce que c’est possible de congeler l’acide formique afin d’éviter qu’il se décompose lentement?

    Merci et belle journée

  2. GODINEAU dit :

    Est-il possible de traiter un jeune essaim juste enruché de cette façon? Je pense au mois d’avril, mai et Après avoir pris la précaution de mettre une grille à reine pour éviter que la reine et l’essaim parte, bien sûr.

  3. Mathieu.a dit :

    Bonjour,
    Il est possible effectivement d’utiliser cette méthode à la mise en ruche d’un essaim.
    L’oxalique est préféré par certains apiculteurs à cette période de l’année, et il semble plus efficace (mais également plus violent pour la colonie…)

    Si les dosages sont bien respectés, l’essaim ne devrait pas s’en aller. Il est aussi possible d’attendre quelques jours, le couvain operculé n’étant pas tout se suite présent.
    Si il n’y a pas de reine au début (tout dépend de votre méthode pour faire les essaims) il est même conseillé d’attendre, il y aura un moment clé ou il y a peu ou plus du tout de couvain operculé. C’est le moment idéal pour traiter varroa.

  4. Christophe dit :

    Bonjour Mathieu,
    Mes ruches ont passé l’hiver après un traitement à l’acide formique en septembre et ceci après rècolte.
    Actuellement, une ruche la plus populeuse de l’année dernière montre un nombre important de varroas et certaines abeilles aux ailes déformées. Puis-je refaire un traitement à l’acide formique maintenant (dosage, fréquence en fonction de la population )? Merci de votre réponse

  5. Mathieu.a dit :

    Vous pouvez tenter un traitement formique maintenant (comme décrit sur cette page), mais il vous faudra 2 jours de beau temps consécutifs pour qu’il soit efficace.
    Il y a la solution acide oxalique, mais attention au dosage la reine n’aime pas toujours.
    Tournez vous vers les forum d’apiculture, vous aurez d’autres avis que le mien et pourrez faire votre choix!

    Bon printemps!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>