Attention !
Les indications sur les traitements de cet article sont données à titre informatif. Les traitements disponibles sur le marché évoluant rapidement. Dans tous les cas, si vous souhaitez utiliser un produit sans AMM (autorisation de mise sur le marché), il vous faudra une ordonnance de votre vétérinaire. Dans le cas contraire, ce traitement serait illégal. Pour plus d'information, se référer à la FNOSAD.

[MISE à JOUR] -> Depuis 2014, une AMM (autorisation de mise sur le marché) existe pour un produit de traitement à base d’acide formique, le MAQS (plus d’infos ici). Cette AMM pour un produit « équivalent » rend le traitement proposé sur cette page (datant de 2011) illégal (auparavant, en apiculture biologique, un vétérinaire pouvait vous rédiger une ordonnance pour de l’acide formique en l’absence de traitement équivalent, plus aujourd’hui).

———–Méthode « artisanale », pour information, 2011———–

Il est autorisé en agriculture biologique, en tant que traitement complémentaire, et utilisé par de nombreux apiculteurs. Cette méthode flash est utile pour un comptage varroa.

Ce dont vous avez besoin :

  • De l’acide formique à 65% (certaines sources conseillent 62% maximum, à vous de voir)
  • Une petite éponge type lavette plate
  • Un morceau de plastique type bâche légèrement plus large que l’éponge
  • Un boite pellicule photo (ou tout autre contenant de 30 ml)

Prenez autant d’éponges et de plastiques que vous avez de ruches à traiter.

Il suffit ensuite de disposer sur les têtes de cadre le morceau de plastique, puis l’éponge dessus. Versez 30 ml d’acide formique sur l’éponge, votre ruche est traitée. Une semaine après le traitement, vous pouvez retirer les éponges, les plastiques, et les mettre de côté pour l’année suivante.

Les choses à savoir

L’efficacité du traitement est très variable selon la température. Au delà de 15°, on restera sur de l’acide à 60% ou 65%. L’idéal est de traiter entre 18 et 22°. Sous les 15°, on optera pour de l’acide à 80%.
Attention, si on a un doute, rester sur 65% de concentration, car un traitement trop fort pourrait tuer la reine. En fin d’été, peu d’espoir de remèrage!

Le traitement sur plancher est possible, et fonctionne également. En revanche, l’acide formique étant plus dense que l’air ambiant de la ruche, les vapeurs ont donc tendance à descendre. Pour un traitement optimal, favoriser un traitement sur têtes de cadres.

Préférez un plancher plein pour le traitement. Si vous avez des planchers aérés, postez une plaque dessous afin de limiter l’évaporation de traitement. Cette plaque pourra vous servir afin de compter les chutes de varroas.

Quelques détails pratiques :

-Attention en manipulant l’acide formique, c’est un produit dangereux, évitez de le respirer et d’en mettre sur vos doigts.

-On trouve souvent de l’acide formique à 80% dans le commerce. Pour obtenir un mélange à 62%, il vous suffit d’ajouter à un litre de produit  29 cl d’eau (3 dl feront l’affaire).

-Si vous disposez de nourrisseurs, mettez les à l’envers sur la ruche, cela facilite la diffusion de l’acide. A défaut, une hausse vide fera l’affaire.

-Ce traitement est à effectuer en août ou en septembre, après la récolte de miel. Assez tôt avant l’hivernage, afin que ce soient des abeilles « neuves » qui passent l’hiver, pas celles traitées à l’acide formique. Cette période est aussi intéressante du fait que la diffusion de l’acide se fait mal à une température trop faible.

-Lors de votre dernier passage, pour retirer les éponges, vous pourrez en même temps procéder à votre nourrissement d’automne, la visite sera ainsi rentabilisée.