Traiter à l’acide formique

Depuis mes débuts en apiculture, je n'arrive pas à me résoudre aux traitements conventionnels. Ajouter des molécules insecticides dans mes colonies alors que je passe mon temps à essayer de les en préserver me paraît schizophrénique! Plusieurs solutions existent, thymol, huiles essentielles, acide oxalique...

J'opte pour ma part pour l'acide formique. Réputé peu violent, il est autorisé en agriculture biologique (tout labels confondus), et utilisé par de nombreux apiculteurs en bio ou non. On me pose souvent des questions sur les techniques utilisées pour traiter au formique. Voici ma méthode, qui m'a été enseignée par un apiculteur expérimenté. Ce n'est peut être pas la meilleure, mais elle fonctionne et nécessite peu ou pas de matériel.

Ce dont vous avez besoin pour traiter :

  • De l'acide formique à 65% (certaines sources conseillent 62% maximum, à vous de voir)
  • Une petite éponge type lavette plate
  • Un morceau de plastique type bâche légèrement plus large que l'éponge
  • Un boite pellicule photo (ou tout autre contenant de 30 ml)

Prenez autant d'éponges et de plastiques que vous avez de ruches à traiter.

Il suffit ensuite de disposer sur les têtes de cadre le morceau de plastique, puis l'éponge dessus. Versez 30 ml d'acide formique sur l'éponge, votre ruche est traitée.

Ce traitement pourra être effectué trois semaines consécutives, afin de couvrir un cycle complet de couvain. Par exemple, trois lundis ou trois dimanches de suite. Le varroa se développant dans le couvain, on optimise de cette manière les chances de réduire la population. Mais l'idéal est de faire un comptage pendant ou après le traitement, afin de savoir s'il est nécessaire de refaire un passage, et ainsi limiter les traitements (même bio, ils ont un impact sur la colonie!).

Il vous suffira de verser sur l'éponge déjà présente les 30 ml d'acide formique. Une semaine après le dernier traitement, vous pouvez retirer les éponges, les plastiques, et les mettre de côté pour l'année suivante.

Les choses à savoir

L’efficacité du traitement est très variable selon la température. Au delà de 15°, on restera sur de l'acide à 60% ou 65%. L'idéal est de traiter entre 18 et 22°. Sous les 15°, on optera pour de l'acide à 80%.
Attention, si on a un doute, rester sur 65% de concentration, car un traitement trop fort pourrait tuer la reine. En fin d'été, pas d'espoir de remèrage!

Le traitement sur plancher est possible, et fonctionne également. En revanche, m'acide formique étant plus dense que l'air ambiant de la ruche, les vapeurs ont donc tendance à descendre. Pour un traitement optimal, favoriser un traitement sur têtes de cadres.

Préférez un plancher plein pour le traitement. Si vous avez des planchers aérés, postez une plaque dessous afin de limiter l'évaporation de traitement. Cette plaque pourra vous servir afin de compter les chutes de varroas.

Quelques détails pratiques :

-Attention en manipulant l'acide formique, c'est un produit dangereux, évitez de le respirer et d'en mettre sur vos doigts.

-On trouve souvent de l'acide formique à 80% dans le commerce. Pour obtenir un mélange à 62%, il vous suffit d'ajouter à un litre de produit  29 cl d'eau (3 dl feront l'affaire).

-Si vous disposez de nourrisseurs, mettez les à l'envers sur la ruche, cela facilite la diffusion de l'acide. A défaut, une hausse vide fera l'affaire.

-Ce traitement est à effectuer en août ou en septembre, après la récolte de miel. Assez tôt avant l'hivernage, afin que ce soient des abeilles "neuves" qui passent l'hiver, pas celles traitées à l'acide formique. Cette période est aussi intéressante du fait que la diffusion de l'acide se fait mal à une température trop faible.

-Lors de votre dernier passage, pour retirer les éponges, vous pourrez en même temps procéder à votre nourrissement d'automne, la visite sera ainsi rentabilisée.

-Vous trouverez l'acide formique dans les magasins apicoles, pour environ 7€ le litre.